Qui suis-je ?

Alexis Bétemps est né officiellement à Aoste le 26 août 1944. En réalité, il est né à Saint-Christophe, dans la même maison où il habite encore actuellement. Sous le fascisme Saint-Christophe avait été intégrée à la Ville et redeviendra commune après la deuxième guerre mondiale.

Alexis Bétemps - foto del 12 luglio 2014 di Claudine Remacle.
Alexis Bétemps – foto del 12 luglio 2014 di Claudine Remacle.

Après l’école moyenne, il s’inscrit à l’Istituto magistrale « Maria Adelaide » d’Aoste. A dix-huit ans, il est instituteur et s’inscrit à l’université, faculté des Langues et, pendant tout le cours de ses études, il enseigne comme suppléant à l’école moyenne de Verrès d’abord, puis de Châtillon.

En 1969, il obtient sa licence en langues et littératures étrangères auprès de l’Université “Luigi Bocconi” de Milan.

En 1970, il suit des cours de phonétique et phonologie auprès de l’Institut de Linguistique de l’Université de Mons (Belgique) où il décroche un post-graduat en didactique des langues. Il a collaboré depuis 1964 (à 20 ans) jusqu’en 1997, au Peuple Valdôtain, hebdomadaire de l’Union Valdôtaine.

Il collabore aussi à plusieurs revues valdôtaines, dont “Le Flambeau” avec des articles sur des problèmes linguistiques et ethnographiques.

Enseignant titulaire dans le secondaire inférieur, il s’engage activement dans le Syndicat Autonome Valdôtain des travailleurs (SAVT) en assurant la charge de secrétaire du SAVT-section école.

En 1979, il est élu président du Centre d’Etudes Francoprovençales de Saint-Nicolas, charge qu’il occupe jusqu’en 2010, pendant trente ans. Il entreprend ainsi à plein temps un travail d’organisation, d’animation et de recherche dans les domaines de la dialectologie et de l’ethnologie alpine.

En 1980, il est élu Président de l’Association Valdôtaine des Archives Sonores (AVAS) dont il a été l’inspirateur et l’un des fondateurs. Il assurera la charge jusqu’en 1984.

De 1978 à 1983, il est rédacteur en chef de la revue “Union Valdôtaine” (puis Revue Valdôtaine). Il est aussi membre du Comité de Rédaction du Monde Alpin et Rhodanien, revue du Musée Dauphinois de Grenoble et collabore à des revue françaises, suisses et italiennes. Il dirige et en partie rédige, dès ses débuts (1980), le Bulletin bimestriel du Centre d’Etudes francoprovençales.

En 1985, il est élu Président de l’Union Valdôtaine, charge qu’il assume jusqu’en 1997.

De 1986 à 1997, il est le premier Directeur du Bureau Régional pour l’Ethnologie et la Linguistique (B.R.E.L.).

En 1997, il est nommé Coordinateur à la Culture puis, l’année suivante, Directeur de la Gestion des Biens Culturels.

Il a enseigné au Centre de Haute Formation de l’Université d’Aoste où il donnait des cours d’Histoire des traditions populaires de 1999- à 2002.

Il a été membre de la commission scientifique pour l’aménagement du fort de Bard (2000).

À la retraite depuis mai 2000, il continue sa collaboration avec des institutions culturelles, des revues et des administrations publiques en développant des thèmes liés à la dialectologie et à l’ethnographie alpine.  COLLABORATIONS BREL et Assessorat à l’Education et à la Culture : Suite au féminin (2001), Carnaval (2002), Eau quotidien (2003), Paysage à croquer (2004-2005), Officialisation de la toponymie (Depuis l’institution de la commission). Enquête toponymique (Depuis le début) ; Commission Régionale pour l’étude du milieu (2008) ; Commission pour le Guichet Linguistique (2007), Civilisation Valdôtaine (2008), aux Racines du goût (2009) ; projet ECHI (Ethnologie Confédération Helvétique /Italie) sur la fête dans l’Arc alpin.

Membre du Comité scientifique de La Maison des Anciens Remèdes (Jovençan).

Assessorat de l’Agriculture. Commission agrotourisme (2002), Marché au fort (2004).

Fin Bard (2001- 2009) : récupération du Fort de Bard ; préparation des expositions au Fort.

Don Bosco : cours sur les traditions et le tourisme (2004).

Bibliothèque de Saint-Christophe : Directeur Bulletin de Saint-Christophe.

En 2006, avec Lidia Philippot, écrit Merveilles dans la vallée, qui recevra le prix Seignolles pour l’ethnologie. En 2011 il obtient le prix « Mario Rigoni Stern » pour la littérature plurilingue dans les Alpes » pour son livre La vie quotidienne dans les alpages valdôtains . En 2013, Erbario est signalé au prix Rigoni Stern. Ces deux derniers livres ont reçu de nombreux autres prix : celui du salon du livre de montagne de Passy, Leggimontagna (les deux livres), Premio Itas, premio CIA Bellati, Premio Comboscuro (le livre sur les alpages).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *